Concert jeudi 1 août 2019

Magnétis_photo

L’Ensemble MAGNÉTIS, direction Sébastien Bouveyron

JEUDI 1 août – 20 H 30

Programme :

Giovanni Pierluigi da PALESTRINA (1525 – 1594) :
Motet : Sicut cervus (chant grégorien puis polyphonie)
Cantique des cantiques : (uniquement polyphonie) : Osculetur me osculo oris sui – Trahe me post te – Nigra sum sed formosa – Surge amica mea – Duo ubera tua

Tomás Luis de VICTORIA (1548 – 1611) :
Motet  : O magnum mysterium (chant grégorien puis polyphonie)
Messe “O magnum mysterium”  : (alternance de chant grégorien et de polyphonie) : Kyrie – Gloria – Credo – Sanctus – Benedictus – Agnus Dei

L’Ensemble Magnétis poursuit son exploration de la musique sacrée avec deux chefs-d’œuvre de la Renaissance : le Cantique des cantiques de Giovanni Pierluigi da Palestrina, et la messe O magnum mysterium de son génial élève, Tomás Luis de Victoria. Ecrites pour la voix, les œuvres religieuses étaient très souvent transcrites pour un ou plusieurs instruments, et ce sont des versions inédites pour ensemble à cordes, en alternance avec le chant grégorien, que nous propose ici l’Ensemble Magnétis.

Les deux œuvres sont très différentes l’une de l’autre : le Cantique des cantiques est un poème d’amour plein de vie et de désir, que de nombreux exégètes chrétiens interprèteront comme un dialogue entre Dieu et son église, ou encore entre le Christ et notre âme. C’est cet amour mystique, allant de la contemplation la plus intérieure (Nigra sum) à l’impatience la plus exubérante (Surge amica mea), que Palestrina a célébré dans ces pages d’une tendresse et d’une ferveur irrésistibles.

La messe O magnum mysterium de Victoria a été publiée 20 ans après le motet éponyme consacré à la naissance du Christ. Le compositeur en reprend la plupart des éléments musicaux (notamment les premières mesures dans le Kyrie et le Sanctus), à l’image d’un peintre qui ferait une étude (le motet) avant de se lancer dans un grand tableau (la messe). L’atmosphère générale est mystérieuse, mais très contrastée et pleine d’une joie intérieure qui éclate dans le Gloria et le Credo, véritables explosions d’enthousiasme. L’Agnus Dei à 5 voix qui conclut cette messe est une élévation à la fois douce et d’une détermination sans faille.

BIO :

L’Ensemble Magnétis est né du désir de partager avec enthousiasme et simplicité les richesses de la musique classique, et a pour ambition de créer un nouveau lien avec le public, une nouvelle écoute en donnant un cadre émotionnel aux œuvres. Il ne s’agit pas de la transmission d’un savoir sur les œuvres, mais, à travers l’explication enthousiaste de leurs enjeux artistiques, de l’élaboration d’une atmosphère d’attente et d’affection susceptible de leur donner le plus grand impact possible.

L’Ensemble Magnétis est soutenu par la Ville de Cherbourg-en-Cotentin et le Département de la Manche.

Sébastien BOUVEYRON, violon et direction

Considéré comme un « véritable artiste : inspiré, original et passionné » par Maxim Vengerov, Sébastien Bouveyron a commencé une brillante carrière de violoniste. Après avoir obtenu le prestigieux « Diplôme d’Artiste Interprète » du CNSM de Paris (3ème cycle, classes de Boris Garlitsky et d’Ami Flammer), et eu le privilège d’étudier avec Veda Reynolds à Paris puis pendant deux ans avec Viktor Tretiakov à la Hochschule de Cologne, il est invité dans de nombreux festivals en tant que soliste ou chambriste. Ses récitals originaux commentés sont depuis plusieurs années l’occasion d’un partage très enrichissant et très apprécié par le public, et il est en outre l’auteur d’un essai sur l’interprétation musicale : Pour une interprétation artistique. Très intéressé également par le travail sur instrument d’époque, il collabore régulièrement avec l’Ensemble Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi. En 2013 il a fondé son propre ensemble à géométrie variable qu’il dirige du violon, l’Ensemble Magnétis, constitué de musiciens passionnés jouant à la fois dans des orchestres modernes et des ensembles sur instruments d’époque. Cette riche palette d’intérêts artistiques et stylistiques, ainsi que sa grande flexibilité lui permettent d’aborder tous les types de répertoire, de la Renaissance à nos jours, et de se lancer dans les projets artistiques les plus variés.

Misora LEE, chant grégorien

Née en Corée-du-Sud dans une famille de musiciens, Misora Lee commence l’étude du piano à l’âge de 5 ans, et donne ses premiers concerts quatre ans plus tard. Passionnée de chant grégorien depuis toujours, elle devient membre du Chœur Grégorien de Paris après avoir suivi à la fois le cursus de chant grégorien du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSMDP) où elle obtient son Premier prix, et la formation de l’école du Chœur Grégorien de Paris où elle enseigne maintenant. En 2000 elle enregistre en tant que soliste un disque chez Naïve, « Marie », avec le Chœur Grégorien de Paris dirigé par Louis-Marie Vigne, qui sera salué par la critique, et distingué par cinq diapasons.
Elle poursuit également sa formation musicale et artistique au CNSMDP dans la classe de piano de Georges Pludermacher, Claire Désert et François-Frédéric Guy, puis dans la classe de musique de chambre de Daria Hovora et Christian Ivaldi. Elle obtient le Premier Prix de piano en 2002, et à cette occasion elle est remarquée par le pianiste Abdel Rahman El Bacha qui lui prodigue de précieux conseils. Lauréate de plusieurs concours nationaux et internationaux, elle donne de nombreux concerts en tant que soliste et chambriste, dans des festivals (« Flâneries Musicales de Reims », « Festival de Radio France à Montpellier », « La nuit pianistique » d’Aix-en-Provence, « Lille piano festival » où elle est invitée par Jean-Claude Casadesus, « Festival Chopin » à l’orangerie de Bagatelle à Paris…), dans le cadre du Mécénat Musical Société Générale, ou encore lors d’événements comme l’Intégrale Chopin à la salle Pleyel, à l’occasion du bicentenaire de la naissance du compositeur.
Misora Lee a également suivi, parallèlement à toutes ses activités artistiques et pédagogiques, un cursus complet de chant lyrique à l’Ecole Normale de Musique de Paris dans la classe de Peggy Bouveret, couronné par le Diplôme de Formation Supérieure en 2014.

Les 6 musiciens présents à Barfleur : Sébastien Bouveyron : violon et direction ; Anaïs Perrin, Guillaume Roger : violons ; Cédric Lebonnois : alto ; Claire-Lise Démettre : violoncelle ; Misora Lee : chant grégorien.